Église Notre-Dame-des-Anges

260, boulevard Langelier

En 1618, Samuel de Champlain soumet au jeune roi Louis XIII le projet de créer une ville en Nouvelle-France. Elle s’appellerait « Ludovica » et serait située dans la vallée de la Saint-Charles. Afin de marquer son appui à ce projet, le roi met en réserve un espace devant servir de commune au centre de la future agglomération, et concède un domaine aux récollets. C’est dans cette perspective qu’en 1620 les récollets font bâtir un couvent, sur la rive sud de la rivière Saint-Charles, à l’emplacement actuel de l’Hôpital général de Québec. Au premier corps de bâtiment s’ajoute en 1621 une église en pierre, Notre-Dame-des-Anges. Les récollets quittent la Nouvelle-France en 1629 et les jésuites entreprennent de faire pression contre leur retour. Lorsqu’enfin les récollets reviennent à Québec en 1670, ils doivent reconstruire à neuf.


Les récollets rétablissent leur couvent entre 1670 et 1682. L’église est terminée en 1673 et, quatre ans plus tard, le gouverneur Frontenac, protecteur des récollets, finance la construction d’un corps de logis. Il s’y réserve un appartement où il peut loger à l’occasion des retraites qu’il fait chez les religieux. Frontenac, qui favorise le développement de Québec sur le cap Diamant, invite les récollets à venir s’établir dans la haute-ville, près de sa demeure. Dès 1681, les frères mineurs obtiennent un terrain en face du château Saint-Louis et entreprennent de s’y installer. Leur projet est ralenti par le départ du gouverneur, mais lorsque celui-ci réintègre son poste en 1688, leur établissement à la place d’Armes se précise. Puis, Mgr de Saint-Vallier accepte d’ériger un hôpital général dans les bâtiments du couvent Notre-Dame-des-Anges, en 1692.


Le lieu convient à une telle fondation puisque, selon la tradition, les hôpitaux généraux reçoivent les démunis en bonne santé (à l’encontre des Hôtel-Dieu qui accueillent les pauvres malades), qu’on préfère éloigner de la ville. Les sœurs augustines, déjà responsables de l’Hôtel-Dieu de Québec, acceptent de gérer cet hospice qui leur est cédé en 1692. Pour occuper les résidents de l’Hôpital général, l’évêque acquiert la seigneurie d’Orsainville ; ils y travaillent la terre avec quelques employés.
L’église, reconstruite par les récollets en 1673, survit dans des bâtiments qui ne cessent de prendre de l’expansion. Elle est érigée en paroisse en 1722 et, peu après, Mgr de Saint-Vallier y fait ajouter une chapelle où il sera inhumé quelques années plus tard. Mais l’église, devenue vétuste, est reconstruite à la fin du XVIIIe siècle et son décor intérieur remanié, notamment par le menuisier Pierre Émond. Au fil des ans, de nombreux travaux adaptent le lieu de culte aux exigences nouvelles, tant au XIXe qu’au XXe siècle. En 1982-1983, l’église fait l’objet d’une restauration radicale, dirigée par des experts du ministère des Affaires culturelles.


L’église Notre-Dame-des-Anges est aujourd’hui intégrée dans un corps de bâtiment, et sa chapelle latérale, où repose Mgr de Saint-Vallier, y forme une excroissance. L’ornement principal consiste en un retable en arc de triomphe assez sobre, formé par quatre colonnes corinthiennes. Au-dessus, dans un fronton rapporté, évolue un Père éternel. La surface du retable est ornée d’appliques sculptées et de tableaux, dont celui du maître-autel, une Assomption de la Vierge, serait du peintre récollet Claude François, dit frère Luc. Le tabernacle du maître-autel daterait de 1722 et aurait été sculpté par un des membres de la famille Levasseur. Avec son dôme central et ses ailes latérales, il s’inspire du collège des Quatre-Nations (aujourd’hui l’Institut de France), édifice parisien dû à l’architecte Louis Le Vau (1662).

Luc Noppen et Lucie Morisset

texte pour impression