Église Saint-Pascal-Baylon

Arrondissement de Limoilou
1895, chemin de la Canardière



Le cardinal Bégin crée la paroisse Saint-Pascal-Baylon en 1923, en découpant le territoire de Saint-Charles de Limoilou. Le Séminaire de Québec cède alors à la fabrique un terrain pour ériger une église.

La première église de la paroisse Saint-Pascal est édifiée en 1924, selon les plans de l'abbé Jean-Thomas Nadeau et de Gérard Morisset. Il s'agit d'une église temporaire, construite en bois et habillée de brique, et mesurant 45 mètres sur 15. Bénite le 14 décembre 1924, elle tiendra lieu de salle paroissiale à partir de 1948, jusqu'à sa démolition en 1962. Elle faisait face au centre Monseigneur-Marcoux (ouvert en 1964). L'église actuelle, bénite le 20 juin 1949, est l'œuvre de l'architecte Adrien Dufresne, qui en a dressé les plans en 1946.

Antérieure à l'église Saint-Fidèle, l'église Saint-Pascal-Baylon se signale surtout par son volume extérieur. Muni d'imposantes lames d'abat-son, le haut clocher fait contrepoids à une silhoutette écrasée vers le bas, jeu d'équilibres qu'exacerbent les motifs du parement, de calcaire clair contre le granit sombre, accusant les lignes de force de la composition.

À la manière traditionnelle, l'église épouse la forme d'une croix latine. Passé le portique, l'espace de la nef, long de deux travées, croise les deux bras du transept. Le chœur, intégré dans un chevet plat, ferme la figure assez rectangulaire que structure un mode de composition par triangulation, typique de l'art de Dufresne. On aura d'ailleurs remarqué, à ce chapitre, la composition des élévations et du clocher, en arêtes, en angles et en coins qui caractérisent l'ornementation. De même, les arcs polygonaux de béton rythmant les travées de la nef, sous les dalles de béton de la couverture, se découpent, près du sol, en redents anguleux qui épousent avec quelque maniérisme le profil saccadé que l'on connaît aux encorbellements de brique.

L'église Saint-Pascal-Baylon est l'une des premières œuvres d'Adrien Dufresne où apparaît de façon claire un style personnel. À partir du modèle que constitue l'église d'Audincourt (Dom Bellot, 1931), l'architecte opte pour une modernité fondée sur l'originalité régionale, en utilisant abondamment les matériaux du Québec, tels le granit et le calcaire, et en conservant certaines dispositions typiques des églises plus anciennes, comme ce portail principal toujours plus imposant que les entrées secondaires qui le flanquent. Située sur un axe routier important, l'église Saint-Pascal-Baylon est probablement l'édifice le plus connu de l'architecte Dufresne. Son intérieur a fait l'objet d'une vaste campagne de rénovation en 1967. Le premier presbytère, érigé en 1925, a cédé la place au presbytère actuel en 1952.



Luc Noppen et Lucie Morisset

texte pour impression