Église Saint-Zéphirin

Arrondissement de Limoilou
1400, avenue François-1er



À la fin du XIXe siècle, Hammond Gowan, avocat de Québec, subdivise en lots à bâtir le domaine Bickell, autrefois propriété des jésuites : c'est ainsi qu'apparaît le village de Stadacona. On aménage bientôt une boutique de menuisier pour y ouvrir une chapelle temporaire, desservie par le curé et les vicaires de Saint-Roch. En 1888, la mission s'installe dans une première chapelle dédiée à Saint-Zéphirin, en l'honneur de Zéphirin Charest, curé de Saint-Roch.

Deux ans plus tard, la fabrique de Saint-Roch commande à l'architecte Joseph-Ferdinand Peachy les plans d'une nouvelle chapelle. Il s'agit d'une construction de bois revêtue de briques, de plan rectangulaire, avec un transept saillant. Ce bâtiment, qui forme la façade, la nef et le transept de l'église actuelle, montre l'influence tardive de l'architecte américain Samuel Sloan sur l'art de Peachy. Les fenêtres cintrées et les arcs creusés en façade s'inspirent en effet de cette architecture néo-Renaissance européenne, adaptée par Sloan pour des bâtiments religieux et dont Peachy a déjà fait usage pour la façade de l'église Saint-Sauveur en 1867.

La chapelle que Peachy vient de construire sera toutefois l'objet de maints travaux d'agrandissement. En 1903, elle est dotée d'une sacristie plus vaste et, en 1917, on lui adjoint un chœur mesurant 12 mètres sur 12. La chapelle, inaugurée en 1918, s'étire donc en longueur et la nef s'ouvre désormais sur un chœur surélevé, sous lequel on a ménagé des espaces fonctionnels, notamment pour loger la sacristie. Puis en 1922, le chœur est enveloppé d'un déambulatoire dont les murs s'alignent sur ceux du transept. L'étage bas de ces passages permet de rejoindre un nouvelle sacristie, bâtiment construit au chevet, tandis que l'étage haut forme une galerie qui ceinture le chœur. Le clocher, érigé en 1914, a été reconstruit en 1958 d'après les plans de l'architecte René Blanchet.

Les adjonctions de 1917-1918 sont l'œuvre de l'architecte Adalbert Trudel, qui a aussi dessiné le presbytère. Elles ont donné à l'église Saint-Zéphirin le cachet qu'on lui connaît aujourd'hui, surtout en ce qui concerne son intérieur, que distinguent un chœur très surélevé et un revêtement de planchettes de bois. En 1921, on y a installé le maître-autel et le peintre Antonio Masselotte a exécuté les quatre tableaux historiques placés dans le transept et qui représentent les origines de la foi au Canada. La même année, la paroisse Saint-Zéphirin de Stadacona est érigée canoniquement.



Luc Noppen et Lucie Morisset

texte pour impression