La paroisse de Notre-Dame-de-L’Espérance (1961)



Faiblement peuplé pendant longtemps, le « Petit Village » existe depuis les débuts du Régime français. En 1727,trois de ses habitants sont intégrés à la paroisse de Beauport et les trois autres à celle de Charlesbourg (Côté et Tanguay, 1994, L-192). Près de 200 ans plus tard, seulement 13 familles habitent le secteur. Elles sont rattachées à Saint-Ignace-de-Loyola depuis 1914. 

La population commence à augmenter sensiblement dans l’après-guerre, au moment où plusieurs personnes sont attirées par le travail offert à l’hôpital Saint-Michel-Archange, aujourd’hui le Centre hospitalier Robert-Giffard (Album-souvenir,1986, 20). De nouvelles écoles ouvrent leurs portes et la population ne tarde pas à réclamer une église. Au milieu des années 1950, 225 familles vivent au Petit Village. 

Un groupe de paroissiens entreprend alors des démarches pour que le secteur devienne autonome. À la suite de leur requête, Mgr Roy établit une desserte le 20 février 1956, puis il érige canoniquement la nouvelle paroisse de Notre-Dame-de-L’Espérance, détachée de Saint-Ignace-de-Loyola, le 8 septembre 1961. Avant l’inauguration de l’église, en 1963, les premiers offices sont célébrés dans une salle de l’école Marie-Renouard. 

En 1978, la paroisse voisine de Saint-Michel-Archange, fondée en 1896, est annexée à Notre-Dame-de-L’Espérance (Ibid.,52).



Louise Côté

texte pour impression