La paroisse de Notre-Dame-des-Laurentides (1909)



Loin des églises de Charlesbourg et de Loretteville, les résidents de la vallée du lac Saint-Charles et du nord de Charlesbourg réclament une paroisse au début du XXe siècle (Album-souvenir,1980). Pour mieux encadrer ses ouailles, l’évêque accède rapidement à leur demande puisqu’il semble que « la masse se contentait d’une messe et d’une communion au temps pascal » (Noël, 1996, 31). 

On décide d’établir le lieu de culte dans le secteur de la rivière Jaune, aux alentours du moulin à scie Pelletier, où il y a une concentration d’habitants. Dès octobre 1905, Mgr Bégin vient bénir solennellement l’église, un événement commenté par la presse locale : « Lorsque le distingué prélat parut, la fanfare a exécuté un morceau de musique puis la foule s’étant prosternée, Sa Grandeur donna sa bénédiction aux fidèles recueillis » (Album-souvenir,138). On avait entrepris la construction du temple en avril, sur une « butte de sable » correspondant aux lots 42-A et 39-A du cadastre de la paroisse de Charlesbourg. L’église sera complètement détruite par un incendie le 31 septembre 1991, puis aussitôt reconstruite. 

La nouvelle paroisse est érigée canoniquement le 15 juin 1909, quatre ans après la nomination du premier curé. Placée sous le patronage de Notre-Dame de Lourdes, elle prend « tout naturellement » le nom de Notre-Dame-des-Laurentides puisqu’elle est située au pied de la chaîne montagneuse (Magnan, 1925, 127). Son territoire, constitué à même les paroisses de Saint-Charles-Borromée et Saint-Ambroise-de-la-Jeune-Lorette, compte alors187 familles ou 922 « âmes ». Au fil des ans, on en détachera deux secteurs importants : le Lac-Saint-Charles en 1946, qui devient la paroisse de Sainte-Françoise-Cabrini, puis la partie sud est du territoire en 1960, qui forme la nouvelle paroisse du Bon-Pasteur. En 1952, une petite zone « comprenant une seule famille » est aussi détachée de Notre-Dame-des-Laurentides pour être intégrée à Saint-Pierre-aux-Liens. 

À la fin du XXe siècle, la baisse de la pratique religieuseet la diminution des effectifs du clergé exigent d’importantes réorganisations paroissiales. En 2002, les paroisses de Saint-Edmond-de-Stoneham, Sainte-Françoise-Cabrini et Notre-Dame-des-Laurentides fusionnent sous la nouvelle appellation de Sainte-Marie-des-Lacs.



Louise Côté

texte pour impression