St. Stephen and St. Vincent
(desserte de St. Patrick)



Dans les années 1940 et 1950, les secteurs de Sillery et de Sainte-Foy connaissent une croissance démographique importante. Devenue le moteur de l’activité économique, la construction domiciliaire progresse rapidement et plusieurs nouvelles paroisses catholiques francophones sont fondées : Saint-Charles-Garnier en 1944, Saint-Thomas-d’Aquin en 1950, Saint-Yves en 1953, Saint-Louis-de-France en 1956 et Sainte-Ursule en 1959. 

Les catholiques anglophones d’origine irlandaise relèvent pour leur part de la paroisse de St. Patrick de Québec, dont l’église est alors située sur la Grande Allée. Suivant le même mouvement d’expansion vers l’ouest que les francophones, les anglophones sont assez nombreux à Sillery en 1955 pour demander aux autorités religieuses d’ouvrir une desserte dans l’auditorium de l’école St. Stephen. Accordée, leur demande est suivie, deux ans plus tard, d’un décret modifiant les limites de la paroisse nationale de St. Patrick. Celle-ci englobe désormais les catholiques anglophones de Sainte-Foy et de Sillery(Lafontaine, 2003). 

Au même moment, les catholiques anglophones de Sainte-Foy établissent une chapelle temporaire dans le gymnase de l’école St. Vincent. Le 8 septembre 1964, la nouvelle chapelle du St. Lawrence College de la rue Wolfe devient officiellement, par décret, la « chapelle succursale de la paroisse nationale de St. Patrick » (Lafontaine,2003). La fondation d’une nouvelle paroisse anglophone, placée sous le vocable de St. Vincent, suit de peu. Elle est érigée canoniquement le 16 octobre 1966 (Ibid.). 

Pendant ce temps, les 130 familles catholiques anglophones de Sillery, qui relèvent toujours de St. Patrick, inaugurent la nouvelle chapelle St. Stephen. Elle a été construite en 1967, sur un terrain acheté en 1961 pour 33 000 $ et entièrement payé en 1964 (Quebec Chronicle Telegraph, 23 décembre 1967). 

Après avoir longtemps évolué en parallèle, les deux communautés catholiques anglophones de Sillery et de Sainte-Foy sont finalement réunies à la fin du XXe siècle. En effet, avec la baisse de la pratique religieuse et la diminution des effectifs du clergé, la paroisse de St. Vincent est supprimée le 1er août 1994 et ses paroissiens sont annexés à la desserte St. Stephen de la paroisse de St. Patrick. Regroupant dorénavant tous les catholiques anglophones du plateau, la nouvelle entité paroissiale prend le nom de St. Stephen and St. Vincent.



Louise Côté

texte pour impression