La paroisse Trinity (1960)



Après la Deuxième Guerre mondiale, le plateau de Sainte-Foy connaît une croissance démographique importante. Entre 1949 et 1964, la population passe de 3 250 à 40 600 habitants. À côté des familles majoritairement catholiques, les anglicans sont assez nombreux en 1954 pour former un regroupement, la communauté St. Philip. En attendant la construction d’un lieu de culte, ses membres se réunissent à la Ste. Foy Elementary School de la rue Green. 

Au même moment, la communauté de la Trinity Church de Québec s’interroge sur son avenir. Fondée en 1825 par Jonathan Sewell, qui est alors juge en chef du Bas-Canada, elle voit ses membres déserter l’église de la rue Saint-Stanislas après s’être installés en banlieue. 

À la demande de l’archevêque de Québec, la Trimity Church établit une mission à Sainte-Foy en 1957 (AUB,ADAQ, Dossier Trinity Church, Minutes of Annual Vestry, 1er décembre 1957 et 22 octobre 1959). Deux ans plus tard, elle vote unanimement pour qu’on y construise une nouvelle église. Elle fusionne aussi avec la communauté St. Philip. Le nombre de fidèles s’élève alors à près de500 personnes (Anonyme, 1998). 

Sur le chemin des Quatre-Bourgeois, site choisi pour l’édification du nouveau temple, l’archevêque procède à la première pelletée de terre le 7 juin 1960. Lorsque la nouvelle église Trinity ouvre ses portes, elle s’inscrit dans la continuité de la précédente. On y a déménagé les richesses de l’ancienne église de la rue Saint-Stanislas :un monument de marbre à la mémoire de Jonathan Sewell, les fonts baptismaux, l’orgue et les vitraux.



Louise Côté

texte pour impression